A patrol guards a French combat aircraft taking part in operations against Daesh in Iraq (Ministère de la Défense)

By order of the President of the Republic: a year of France’s Operation Chammal

Written by Basile Simon on September 18, 2015


France became the first international partner to join the United States in its air war against Daesh back in September 2014.  Airwars reports on a year of action – as France insists its aircraft have not killed any civilians in more than 200 airstrikes. 

France’s Opération Chammal – named after the Arabic word for ‘wind from the North’ – effectively began on September 19th, 2014 with the bombing of an Islamic State “logistics storage area” around Mosul. That attack, “by order of the President of the Republic,” saw two Rafale combat aircraft bomb their target “between 09h40 and 09h58.” The strike followed four days of  reconnaissance-only missions above Daesh-held areas in Iraq. 

Since then, France has conducted 218 airstrikes according to the Ministère de la Défense – making it the fourth most active member of the Coalition after the US, the UK and the Netherlands. 

Despite recent revelations by Airwars that French aircraft have been implicated in one or more alleged civilian casualty incidents in Iraq, a Ministère de la Défense spokesman insisted this week that “nothing indicates that French forces might have been responsible for the death of a civilian.”

French power

Today, Operation Chammal is built around two key components: airstrikes, and aerial reconnaissance missions (also known as ISR or Intelligence, Surveillance and Reconnaissance.)

So far France has flown more than 1,000 missions, including over 500 in Rafale-B fighters and 300 in Mirage combat aircraft. Strikes are both planned and unplanned (the latter also known as dynamic strikes or targets of opportunity.

France is also one of the few Coalition members with an ability to lead the Strike Coordination and Reconnaissance operations. From February to April 2015 for example, French aircraft carrier Charles de Gaulle and her Task Force 473 led dozens of sorties a day with her 12 Rafale (Marine) and nine Super Étendards.

Elsewhere, six Rafales and one Atlantique 2 maritime patrol aircraft, supported by a refueler, fly missions from the Gulf; while six Mirage 2000D/Ns bomb Iraq from their base in Jordan.

On land, more than 700 French personnel are presently deployed – including 100 in Baghdad and Erbil as military trainers. 

Map Sept 2015
French anti-Daesh assets in the Middle East, Sept 2015 (Ministère de la Défense )

Transparency and civilian casualties

France initially provided a good level of public transparency for its war against Daesh, releasing within 24 hours details of all strikes. These identified both the locations and targets struck – crucial information if Coalition members are to be held to account should civilians be affected on the ground. 

However, over time French public accountability has deteriorated. The Ministère de la Défense moved to weekly reporting in mid-December 2014, and to more occasional reporting during summer 2015. France also no longer states except in general terms where it bombs, or on which exact dates. 

Airwars recently recommended that “France re-adopts its earlier policy of reporting regularly on where, when, and with what assets it carries out strikes in Iraq.” The French military has yet to respond to our suggestion.

Mirage 2000D taxiing before take-off. Image courtesy of État Major des Armées/DICOD
Mirage 2000D taxiing before take-off. Image courtesy of État Major des Armées/DICOD

France has also refused publicly to disclose details of any alleged civilian casualty incident involving its aircraft in Iraq. However, a declassified CENTCOM report recently obtained by Airwars shows that to early May 2015, French aircraft were implicated at least twice in claims of civilian casualties – on both occasions in the vicinity of Mosul in northern Iraq.

In one confirmed incident on February 3rd 2015,  an internal post-strike review for CENTCOM of video filmed during a French bombing raid showed a “possible child entering a targeted bunker and then disappearing out of the field of view (FOV) approximately 19 minutes before Strike.”

That dynamic airstrike was conducted by a Mirage 2000 using a GBU-49 bomb, killing an estimated five enemy fighters on the ground according to the Americans. Claims that a child had died were deemed “not credible” by military intelligence officers, who decided “that individuals struck were fighters.“

Airwars researchers could find no public references to an airstrike-related child fatality in Mosul for this date, although reports did note an intensification of Coalition strikes on the city.

Video filmed during a French bombing raid showed a ‘possible child entering a targeted bunker and then disappearing out of the field of view approximately 19 minutes before Strike.’

In a second possible incident on December 16th, 2014, an internal Battle Damage Assessment (BDA) reported “4 unknown persons potentially injured while moving into the engagement area,” during a Coalition airstrike on Objective Nebula – a targeted vehicle.

A subsequent review of video from the event showed that “the 4 individuals in question eventually fled the scene of the strike.” It was also noted there were no subsequent media reports of casualties. However, given the potential risk to civilians during the event, CENTCOM also reported that “TF [Task Force] is still conducting an investigation into decisions made relating to the strike.”

While no single nation was identified by CENTCOM as having carried out the attack, France reported at the time that it performed a targeted strike in Mosul on December 16th. It remains unclear whether this was the event in question.

Asked about these incidents, a spokesperson for the Ministère de la Défense told Airwars this week: “It should be noted that the French military, in pursuit of operations, do everything they can not to put civilian populations in danger. According to precise verification information, nothing indicates that French forces might have been responsible for the death of a civilian.

The spokesman noted that the CENTCOM document also described claims of a civilian casualty in the February incident as “not credible.”

Image courtesy of État Major des Armées/DICOD
Rafale B with Damocles surveillance pod. (État Major des Armées/DICOD)

Expanding to Syria

At the beginning of the French campaign a year ago, polls indicated a majority of people (61%) were in favour of bombing Daesh in Iraq “to protect the Christians of Iraq and other minorities,” as opposition leader and former Prime Minister François Fillon described it at the time.

Today, the war continues to enjoy fair support from all sides: according to a recent poll published on September 7th, 61% of the French were in favour of ground operations in Syria – although President Hollande himself said on the same day that boots on the ground would be “irresponsible” and “unrealistic.”

France has militarily engaged jihadism in northern and sub-Saharian Africa as well as in the Middle East in recent years. A particular trauma and fear is reflected by the continuous application of the Vigipirate plan over many years – a broad set of measures dating from 1995 aiming at preventing (and potentially responding to) terrorism, some of them leading to a constant deployment of about 7,000 military personnel and 30,000 police in public areas.

The Paris attacks of January 2015 again reignited fears of jihadism on the homeland. One of the shooters was part of a famous Paris gang whose members now openly wage jihad and threaten France. Both Daesh and Al Qaeda in the Maghreb (AQIM) publicly called the attackers “heroes” – a rare moment of agreement between Al-Zawahiri, whose group claimed responsibility for the attacks, and Al-Baghdadi.

All of these factors appear to have increased the French appetite for war with Daesh, and there are now plans to take the fight to Syria. French aircraft began flying ISR-only missions there on September 9th, with airstrikes expected to begin imminently. 

Defence minister Jean-Yves Le Drian has stressed France’s independence in choosing its own targets in Syria, and has ruled out helping in any way the Assad regime.

Defence minister Jean-Yves Le Drian has stressed France’s independence in choosing its own targets, and has ruled out helping in any way the Assad regime, with which France has had no official contact since the departure of its ambassador in Damascus in 2012. “Reconnaissance flights over Syrian territory are currently taking place,” a spokesperson for the French military says. “They will allow us to consider French strikes in Syria against Daesh while keeping our decision-making autonomy.

For the moment Coalition strikes in Syria remain almost exclusively American – with Airwars data showing that 99% of attacks in August were by US aircraft, for example. With Australia recently beginning its own airstrikes against Islamic State in Syria – and a UK vote expected on the issue shortly – the nature of the air war against Daesh may change significantly in the months ahead. 

As for France, it describes its involvement in the war as being “for the long run.


Sur ordre du Président de la République : un an d’opération Chammal

La France est devenue le premier allié à rejoindre les États-Unis dans leur guerre contre l’Etat islamique (EI) en septembre 2014. Airwars raconte un an d’action, alors que la France insiste que ses avions n’ont pas tué de civils au cours de plus de 200 frappes aériennes.

L’Opération Chammal – baptisée après le mot arabe pour ‘vent du nord’ – a commencé en pratique le 19 septembre 2014 par le bombardement d’un dépôt logistique de Daech dans la région de Mossoul (Irak). Cette frappe, “sur ordre du Président de la République,” a été menée par deux Rafale, qui ont touché leur cible “entre 09h40 et 09h58.” Cette attaque faisait suite à quatre jours de missions de reconnaissance au-dessus de régions sous le contrôle de Daech en Irak.

Depuis, la France a produit 218 frappes aériennes, selon le ministère de la Défense – faisant d’elle le quatrième membre le plus actif de la Coalition, après les États-Unis, le Royaume Uni, et les Pays Bas.

Malgé les récentes révélations par Airwars de l’implication d’avions français dans au moins un incident ayant potentiellement causé des victimes civiles en Irak, un porte-parole du ministère de la Défense a insisté cette semaine que “rien n’indique que les forces françaises puissent être responsables de la mort d’un civil.

La force française

Aujourd’hui, l’opération Chammal est construite autour de deux composantes-clé : des missions de reconnaissance aérienne (aussi appelées ISR, ou Intelligence, Surveillance and Reconnaissance), ainsi que des frappes aériennes.

La France a à ce jour effectué plus de 1100 missions, incluant plus de 500 menées par des Rafale-B et 300 par des Mirage. Leurs frappes sont parfois planifiées, parfois d’opportunité (ces dernières étant aussi appelées ‘frappes dynamiques.’)

La France est également l’un des rares membres de la Coalition à posséder la capacité de ‘Coordination et Contrôle.’ De février à avril 2015, le porte-avions français Charles de Gaulle et sa Task Force 473 ont par exemple mené une douzaine de missions par jour, avec ses 12 Rafale Marine et neuf Super Étendards.

Ailleurs, six Rafale et un patrouilleur maritime Atlantique 2, soutenus par un ravitailleur en vol, volent depuis le Golfe ; tandis que six Mirage 2000D/N bombardent l’Irak depuis leur base en Jordanie.

Sur terre, plus de 700 militaires sont déployés, dont 100 à Bagdad et Erbil, en tant qu’instructeurs.

Map Sept 2015
Les forces françaises anti-Daech au Moyen Orient, sept 2015 (Ministère de la Défense )

Transparence et victimes civiles

Initialement, la France faisait preuve d’un bon niveau de transparence dans sa guerre contre l’EI, publiant sous 24 heures le détail de toutes ses frappes. Les lieux et cibles frappées étaient ainsi identifiées. Ces informations sont cruciales, si les membres de la Coalition doivent être tenus responsables pour le cas où des civils seraient affectés.

Toutefois, la transparence française s’est détériorée au cours du temps. Le ministère de la Défense est passé à une publication de rapports hebdomadaire à la mi-décembre 2014, et à des rapports plus occasionnels au cours de l’été 2015. De plus, la France ne décrit plus qu’en termes généraux où et quand elle frappe.

Airwars a récemment recommandé que “la France ré-adopte sa politique antérieure de publier régulièrement où, quand, et avec quels matériels elle réalise ses frappes en Irak.” Les forces françaises n’ont pas répondu à notre suggestion pour le moment.

Mirage 2000D taxiing before take-off. Image courtesy of État Major des Armées/DICOD
Mirage 2000D en taxi avant décollage. Image: État Major des Armées/DICOD

La France a aussi refusé de divulguer publiquement tout détail ayant trait à un quelconque incident ayant potentiellement causé des victimes civiles et impliquant un de ses avions en Irak. Toutefois, un document déclassifié de CENTCOM (CENTral COMmand, le commandement américain en charge du Moyen Orient et de l’Asie Centrale) récemment obtenu par Airwars montre qu’en mai 2015, des avions français avaient été impliqués au moins deux fois dans de tels incidents. Dans les deux cas, dans les environs de Mossoul, au nord de l’Irak.

Dans un incident daté du 3 février 2015, un examen post-frappe pour CENTCOM de la vidéo filmée pendant un bombardement français a montré “qu’un potentiel enfant est entré dans un des bunkers visé avant de disparaître du champ de vision, approximativement 19 minutes avant la frappe.

Cette frappe dynamique était conduite par un Mirage 2000, utilisant une de ses bombes GBU-49. Il a été estimé qu’elle a tué cinq combattants ennemis au sol, selon les Américains. Les allégations selon lesquelles un enfant est mort ont été considérées “non crédibles” par des officiers en charge du renseignement militaire, qui ont décidé que “les individus frappés étaient des combattants.

Les chercheurs d’Airwars n’ont trouvé aucune référence à la mort d’un enfant au cours d’une frappe à Mossoul à cette date, quoique plusieurs rapports ont noté une intensification des frappes de la Coalition sur la ville.

Dans un second incident potentiel, daté du 16 décembre 2014, une évaluation interne des dommages de bataille (Internal Battle Damage Assessment) rapportait que “quatre personnes inconnues ont potentiellement été blessées en se déplaçant dans la zone d’engagement” pendant une frappe de la coalition sur un Objectif Nebula – un véhicule visé.

Un examen ultérieur de la vidéo de l’événement a montré que “les quatre individus en questions ont en fait fui la zone de la frappe.” Il est aussi noté qu’aucun article dans les médias n’a fait mention de victimes. Toutefois, prenant en compte le risque causé à des civils pendant cet événement, CENTCOM a aussi mentionné que “la Task Force est toujours en train de mener une enquête quand aux décisions prises ayant rapport à cette frappe.

Considérant qu’aucune nation partenaire n’a été identifiée par CENTCOM comme ayant menée cette frappe, la France a de son coté indiqué qu’elle avait menée une attaque sur Mossoul le 16 décembre. Il n’est toutefois pas clair si cette frappe est l’incident en question.

Interrogé à propos de ces incidents, un porte-parole pour l’état major français a dit à Airwars: “Sachez déjà que les soldats français dans la conduite des opérations font tout pour ne pas mettre en danger les populations civiles. Selon des informations précises de vérification, rien n’indique que les forces françaises puissent être responsables de la mort d’un civil.

Le porte-parole a insisté sur le fait que le document de CENTCOM décrivait cette allégation de victime civile survenue au cours de l’incident de février comme “non crédible.

Image courtesy of État Major des Armées/DICOD
Rafale B avec pod de surveillance Damocles. (État Major des Armées/DICOD)

L’extension à la Syrie

Au début de la campagne française, il y a un an, les sondages indiquaient qu’une majorité de Français (61%) était en faveur de bombarder Daech en Irak “pour porter assistance aux Chrétiens d’Irak menacés d’extermination comme aux autres minorités,” comme l’a indiqué l’ancien premier ministre François Fillon.

Aujourd’hui, les Français soutiennent toujours la guerre : selon un sondage publié le 7 septembre, 61% des Français sont en faveur d’une intervention militaire au sol contre l’EI – alors que le président Hollande a affirmé le même jour qu’une telle opération serait “irresponsable” et “irréaliste.

La France s’est engagée militairement contre le djihadisme en Afrique du nord et sub-Saharienne, tout comme au Moyen Orient récemment. Un traumatisme, une peur particulière se reflètent dans l’application continue depuis 20 ans du plan Vigipirate – un ensemble de mesures datant de 1995 visant à prévenir (et potentiellement à réagir) au terrorisme, certaines menant à un déploiement constant d’environ 7000 militaires et 30000 policiers et gendarmes dans des lieux publics.

Les attentats de Paris en janvier 2015 ont réanimé les peurs d’une attaque djihadiste sur le sol français. Un des tireurs faisait partie d’un gang parisien célèbre dont les membres font publiquement le djihad et menacent la France. Daech et AQMI (Al Qaïda au Maghreb Islamique) ont également qualifié les tireurs de “héros,” dans un rare moment d’entente entre Al-Zawahiri, dont le groupe a revendiqué l’attentat, et Al-Baghdadi.

Tous ces facteurs ont apparemment accru l’appétit français pour la guerre contre Daech, et les plans s’étendent actuellement à porter des attaques en Syrie. Les appareils français ont commencé à y mener des missions de reconnaissance le 9 septembre, et les premières frappes sont considérées imminentes.

Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a souligné l’indépendance de la France dans le choix de ses cibles

Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a souligné l’indépendance de la France dans le choix de ses cibles, et a exclu d’aider de quelque manière que ce soit le régime d’Assad, avec lequel la France n’a pas eu de contact depuis le départ de son ambassadeur à Damas en 2012. “Actuellement, des vols de reconnaissance ont lieu au dessus du territoire syrien,” a affirmé un porte-parole de l’état major français. “Ils permettront alors d’envisager des frappes en Syrie contre Daech en conservant notre autonomie de décision.

Pour le moment, les frappes de la Coalition en Syrie reste presque exclusivement américaines – les chiffres d’Airwars montrant que 99% des frappes en août provenaient d’avions américains. Avec les premières frappes en Syrie de l’Australie, et un vote du Royaume-Uni attendu bientôt, la nature de la guerre aérienne contre l’EI va peut-être changer considérablement dans les mois à venir.

En ce qui concerne la France, elle décrit son implication dans la guerre “dans le temps long.